+33 1 43 86 88 11 boutinaudracing@free.fr

Le pari fou

928lemans

Un moteur rodé la nuit avant le départ

Avant de passer à la pesée, les mécaniciens de Raymond s’occupaient d’installer le faisceau électrique. Ça s’est joué à une poignée d’heures, le tout avec un moteur non rodé et une auto jamais testée. Personne ne

savait si elle allait pouvoir participer aux essais. « Avant les qualifications, on roulait autour du circuit pour roder la mécanique. Même la nuit. On a pu faire 200 km avant le grand jour J ». Le jour des qualifications, cette 928 étonne… par ses performances modestes. Elle termine dernière. Le meilleur tour est réalisé en 4’35’’94 à 177,769 km/h de moyenne. Un gouffre avec la 956 de Jacky Ickx qui boucle le tour en 3’’16’56 à 250 km/h de moyenne. Mais c’est là toute la différence avec les autres équipes. Notre bande de copains n’est pas venue pour la gagne, mais pour l’expérience, l’envie de s’amuser tout en terminant la course sans rien casser. Le 18 juin 1983 à 15h, l’auto s’élance dans la course, avec Patrick Gonin au volant, depuis la dernière place. Très vite, elle remonte dans le classement. Devant, les Porsche 956 et Lancia imposent le rythme et plusieurs concurrents sont contraints à l’abandon. La PMA de Limeil-Brévannes tient le choc et grappille encore des places à la 3e heure de course malgré un tête à queue à 18h34. Mais à 19h13, Lepage sort de piste. Il casse un moyeu et une rotule inférieure. Ramenée aux stands, l’auto doit alors être réparée. Problème, l’équipe n’a pas prévu de pièces de rechange (faute de budget) et la jante abimée a été usinée spécifiquement en amont pour le train avant optimisé.

928-P7 928-P8 928-P9

Dans le box, c’est l’effervescence, tout le monde cherche une solution. C’est alors que Raymond Touroul, concurrent mais ami de Raymond Boutinaud, offre une jante de sa 928 garée sur le parking extérieur. Reste un problème… Comment transformer le moyeu ? Bilstein est justement à côté et a eu vent de la nouvelle. Par chance, les techniciens ont emmené un tour qu’ils prêtent à Raymond. Le mécanicien passera 3h30 à usiner le moyeu… Mais qu’importe, l’auto reprend la course sous les applaudissements ! Dès lors, plus rien ne viendra perturber le parcours de la 928. À 15h15, Raymond prend le volant pour le dernier relais. Les trois copains ne sont pas classés, mais ils terminent la course !

Lire la suite…

928-P11 928-P12

928-P13